Poèmes de ‘Filles d’Ève’

Tête nue

Saturday, February 27th, 2010

Tête nue

Coupe tes cheveux
Femme
Coupe tes cheveux
Et envole-toi !
Enlève ta couronne
Et deviens reine
Ton pouvoir
C’est ta liberté !
Tu es l’anti-Samson
Ta force est dans ton crâne
Coupe ta chevelure de feu
Et deviens flamme !
Sors de ton écrin
Et attrape tes ciseaux
L’Homme a inventé l’outil
Pour libérer la femme !
La nature de Pandora
C’est d’être sauvage
Coupe ta crinière
Et envole-toi légère
Sur la croupe de ton étalon
Galope, galope !
Tu prendras du galon
Coupe tes rênes
Laisse monter le sang qui te déchaîne
Arrache ta bride avec les dents
Et galope face au vent !
Parcours le monde
Fière et cavalière
Explore ta colère !
Ignore les mendiants
Qui viendront t’implorer
Combats les tyrans
Qui voudront te dompter !
Va jusqu’au bout de la Terre
Et reviens la tête rasée
Pleine de conquêtes de liberté
Reviens entière !

Montrouge, février 2010

Liberté Égalité Sororité

Tuesday, September 15th, 2009

Liberté égalité sororité

C’est quoi être femme ?
Je devrais le savoir… je devrais le sentir
Me convertir à ce dit plaisir
Dans toutes les cultures
La femme : élixir
De notre avenir
De la transmission
Détentrice du sourire
Tentatrice du désir

Toujours poussée aux limites du rond
La femme non porteuse et sulfureuse
Devient une pute dont l’œil vire au marron

Elle boit de la violence tous les jours
À la table des regards, des insultes et des suspicions

Le groupe lui taille un rôle sans mesure et la contrôle
La voile la protège la cache se l’arrache
Comme la moins précieuse des marchandises

Il crache son mépris
Son idéal virginal
Habit de souffrance sans mode
Taillé par des hommes

Si c’est ça être femme,
Alors je veux vivre nue !

Non je ne suis pas femme
Je suis une femme
Plus ou moins femme
Parmi toutes les femmes

Non vraiment, « la femme » n’existe pas
Sinon dans la binarité imaginaire
De notre morne sexualité reproductiviste

Toujours produire, se reproduire
La liberté sexuelle des femmes signeraient la fin du genre humain
Disent les dictateurs de la féminité

Mais dites-moi, pourquoi se crève-t-on à produire de l’humain
Là où sur cette terre surpeuplée
On manque seulement d’humanité ?

Septembre 2006